Actualités

Page précédente

Ma parole ! Festival de contes du Calvados : 3 questions à Marie Lemoine

En préambule à la 8ème édition du festival de contes « Ma Parole ! », la Bibliothèque départementale du Calvados organise un apéro-conté le mardi 27 janvier 2015. Parmi les invités, la conteuse et plasticienne Marie Lemoine a accepté de répondre à nos questions. 

Marie Lemoine, vous êtes conteuse, plasticienne et poète. Comment ces activités s'articulent-elles ? Sont-elles liées les unes aux autres ?

Je faisais mes études aux beaux arts, en Communication Visuelle quand est venue m’interpeller l’envie de conter. Ce fut au contact des albums que je découvrais en bibliothèque et en librairie jeunesse. J’ai commencé à raconter au sein de décors et avec des objets scéniques que je fabriquais, je réalisais aussi tous mes documents de communication. En parallèle je continuais à dessiner et à peindre pour moi. J’ai créé mes premières sculptures pour un spectacle : Contes Zaghawas du Tchad et dès lors, ne me suis plus arrêtée.

Quand j’anime des ateliers d’écriture, ils se poursuivent, pour les groupes composés de jeunes enfants, par la réalisation d’un livre objet. Les images étant des peintures sur tissu ou des collages de matières. Mes sculptures de femmes sont aussi présentes dans le spectacle « Parmi elles », qui rassemble des poésies sur le thème de la femme. Enfin, je pense que, n’étant pas issue du monde des lettres mais de celui des images, ma préoccupation de conteuse est bien de « donner à voir ». Pour ce qui est de la poésie, j’en écris et souvent elle est intégrée dans mon travail plastique. Elle entre aussi dans le conte, discrète, mais oh combien précieuse. Elle permet de dire autrement, car elle sait toucher l’âme avec grâce. 

 

Vos spectacles sont souvent créés avec de la musique. Pourquoi la musique est-elle si importante pour vous ?

Elle permet d’enrichir le décor que dessinent les mots, elle prolonge la parole en l’absence du verbe. Les silences sont indispensables mais sans la musique je ne peux leur laisser toute la place que j’aimerais leur accorder car le public me semble alors quelques fois comme « confronté à un vide » qui l’effraie.

Nous ne sommes pas égaux dans notre capacité à demeurer dans le silence. La musique, c’est le geste qui suit les mots quand il n’y a plus rien à dire. Elle permet à la conteuse que je suis d’accorder un silence indispensable, et dans la bienveillance, car elle habite le silence. Elle apporte une respiration. Je me tais, mais pour autant je ne vous abandonne pas.

Pour les enfants, c’est l’occasion, souvent d’écouter « en live » un instrument de musique, d’approcher ensuite l’instrument, de le découvrir et de mesurer ce que signifie « fabriquer » une mélodie. Autrement dit : Comment ça marche. 

 

Quel est, pour vous, l'intérêt de participer à un festival de conte et en particulier au festival "Ma parole !" de la Bibliothèque départementale du Calvados pour vous qui demeurez içi ?

Participer à un festival permet de rencontrer d’autres conteurs, d’échanger autour de nos répertoires, de nos pratiques, de créer des liens, peut-être même d’envisager un travail de création à deux voix… C’est ainsi qu’est né le spectacle Maux d’Amour.

Un festival, c’est un espace de rencontre tout à fait singulier où le public est gâté car il se voit proposer plusieurs voix et aussi plusieurs voies : des récits d’hier, des récits d’hier transposés dans notre monde d’aujourd’hui, des récits contemporains au parfum de formules d’antan… C’est un moment fort et riche où tout est possible. C’est aussi l’occasion de jouer dans de jolies conditions d’espace, de lumières, d’accueil du spectateur et du conteur. C’est se retrouver près du feu, protégé par sa lumière et sa chaleur, les petiots dans leur lit si ce qui se dit n’est pas fait pour leurs petites oreilles.

La parole est précieuse. Le bon vin l’est aussi et le vigneron qui connait son cépage et la valeur gustative de celui-ci préfère qu’il soit servi dans un verre à pied plutôt que dans un vulgaire gobelet en plastique. Ca n’a pas le même goût curieusement. La parole nécessite le respect d’elle-même d’abord et ensuite de celui ou celle qui la porte. Conter c’est devenir l’histoire et dire : j’ai découvert quelque chose de merveilleux si vous le voulez, je vais vous le faire partager. Il est bon de sentir que, conteurs, conteuses, nous ne prenons aucunement le risque de mettre la Parole en danger.
Je conte dans le Calvados depuis plus de 20 ans maintenant et quelques fois, des personnes qui m’ont vue à mes débuts, pensent que je fais toujours la même chose, ils peuvent alors découvrir mes nouveaux répertoires et peut-être, une certaine maturité ?

Article publié le 20 janvier 2015 par bdp.calvados.fr

Pour en savoir plus

Où voir Marie Lemoine ?

Festival de contes Ma Parole ! Edition 2015  

Mathieu, le 29 mai

Livarot et St-Aubin-d'Arquenay, le 9 juin

Vassy, le 13 juin

Tourville-sur-Odon, le 14 juin

A lire également

Animation

Ma parole ! Edition 2015

Ma parole ! Le festival de contes du Calvados : édition 2015
Ma parole ! La 8ème édition du festival de contes organisé par la Bibliothèque départementale du Calvados a lieu du 29 mai au 14 juin 2015. 20 bibliothèques du département participent à ce rendez-vous ainsi que l'association "Contes vallée d'Auge" et le Tanit Théâtre de Lisieux. Entrée gratuite pour tous les spectacles.

Actualités

Ma parole ! Festival de contes du Calvados : 3 questions à Pépito Matéo

Ma parole ! Festival de contes du Calvados : 3 questions à Pépito Matéo
Le conteur Pépito Matéo est l'un des invités du Festival de contes du Calvados Ma Parole ! qui se déroule cette année du 29 mai au 14 juin en partenariat avec 21 bibliothèques du réseau de la...