Animation

Page précédente

Exposition "Tous derrière et lui devant" : 3 questions à Christian Malon

La Bibliothèque départementale du Calvados a conçu une exposition sur les chevaux de trait normands intitulée « Tous derrière et lui devant » à partir de photographies de Christian Malon. Cette exposition est visible dans plusieurs bibliothèques du Calvados et à cette occasion nous avons posé 3 questions au photographe.

Pouvez-vous nous dire de quelle manière l’exposition « Tous derrière et lui devant » illustre votre travail et votre propos de photographe ?

J'ai eu souvent l'occasion de photographier des chevaux au cours de mon travail photographique sur le monde rural, en particulier dans les grandes foires de Normandie. A Lessay, Gavray... la foire aux chevaux constitue le temps fort de ces grands rassemblements où se retrouvent des gens de la campagne mais aussi de la ville.

Je me suis particulièrement intéressé au cheval lourd... Cob et Percheron, les deux races normandes de chevaux de trait. Ils représentaient la force, la puissance, nécessaires aux grands travaux agricoles avant la mécanisation. Ils ont peu à peu disparu de nos campagnes laissant la place à des tracteurs de plus en plus gros avalant des hectares de terres remembrées en un temps record.

Et pourtant ils n'ont jamais complètement disparu. Je les ai photographiés chez des paysans nostalgiques de ce bel animal puissant, à la fois lourd et léger qu'ils avaient connu, dressé, conduit dans leur jeunesse. Aujourd'hui on assiste au retour des chevaux en ville ! Le développement de nouvelles niches économiques, les questions environnementales justifient l'utilisation des Cobs et Percherons au service de la société en ville et à la campagne. Il m'a semblé pertinent de rencontrer ces acteurs du monde du cheval de trait, dans notre vie de tous les jours.

 

Vous êtes (re)connu en tant que photographe observateur du monde rural et agricole, aimeriez-vous aujourd’hui explorer d’autres thèmes ?

La question de l'évolution du monde paysan reste pour moi centrale dans mon travail photographique. De nombreux voyages à l'étranger m'ont permis de rencontrer d'autres formes de paysanneries, à des stades d'évolution très diversifiés. Mon dernier voyage au Vietnam m'a convaincu, si besoin était, de l'importance de l'activité agricole de type familial encore aujourd'hui dans le monde. Alors que dans nos sociétés occidentales, elle ne représente plus que 2 à 3 % des actifs. Au Vietnam 70 % des actifs sont des paysans ! Sujet sans fin que je travaille depuis près de cinquante ans en relation avec de grands historiens, géographes, sociologues, agronomes... et aussi avec le Conservatoire de l'Agriculture de Chartres, depuis 2010, et à qui j'ai fait don de l'ensemble de mon œuvre photographique.

Il n'en demeure pas moins que j'aime photographier la ville. J'ai un faible pour Paris, mais aussi Londres, Rome, Venise... les villes de Toscane. Les scènes de rues dans ces lieux fascinants nous offrent des sujets de photographies à l'infini. Marcher au hasard avec autour du cou son appareil argentique, une pellicule 36 poses noir et blanc à l'intérieur, trois objectifs à focale fixe : un grand angle ou un 50 mm et aussi un 105 mm pour photographier à distance. Et puis aussi maintenant un appareil numérique avec un zoom... parce qu'il le faut bien, mais c'est une autre histoire !

 

Quels sont vos projets en cours ?

Je termine un travail avec le géographe Armand Frémont, commencé il y a près de deux ans. Il fera l'objet d'une publication aux éditions OREP au printemps 2015 : « Paysans de Normandie, aujourd'hui ». Des expositions dans les cinq départements de la Région Normandie (j'anticipe!) sont en cours de préparation.

Un travail sur la diversité agricole dans le monde à l'horizon 2017 en relation avec le COMPA, Conservatoire de l'Agriculture de Chartres est également en cours avec plusieurs voyages à l'étranger.

Je prépare trois expositions en Auvergne : une à Aurillac sur le corps au travail, une autre à Issoire avec un poète de l'Isle sur la Sorgue, autour de l'oeuvre de René Char. Et enfin à Condat, mon lieu de naissance, en hommage au photographe auvergnat Albert Monier.  

Article publié le 08 septembre 2014 par bdp.calvados.fr

Où voir l'exposition ?

 Saint-Sever Calvados

du 18 août au 5 septembre


Fontaine-Etoupefour

du 9 au 27 septembre


Cormelles-le-Royal

du 1er au 31 octobre

Où rencontrer Christian Malon ?

Fontaine-Etoupefour

le 26 septembre à 20h30


Cormelles-le-Royal

le 1er octobre à 18h


St-Sever Calvados

le 11 octobre à 15h

Voir aussi

Exposition

Tous derrière et lui devant

Tous derrière et lui devant
Au fil des années, le regard observateur et authentique du photographe Christian Malon pour les cobs et percherons de Normandie : une exposition d'un ensemble de 30 photographies argentiques et numériques qui illustrent le cheval de trait au travail, au service des hommes, des pratiques rurales pérennes, ou de majesté, aux alternatives écologiques modernes et pour le moins bénéfiques.

  Consultez le programme Une fièvre de cheval