Connectez-vous à La boite numérique  

       

Gestion d'une bibliothèque

Page précédente

Adhésion gratuite ou payante dans les bibliothèques ?

Après avoir été relancée dans les musées, la question de la gratuité dans les bibliothèques fait toujours débat. Nous avons voulu en savoir plus sur les pratiques dans le département du Calvados en lançant une enquête dans notre réseau en 2010.

Sur 144 bibliothèques que compte le réseau de la Bibliothèque départementale du calvados, 58% proposent la gratuité d’inscription et 38% font payer un droit d’adhésion.

Une analyse rapide des bibliothèques payantes montre des réalités très différentes notamment au regard :

 

Des types de bibliothèques concernées :

  • 25% des bibliothèques payantes correspondent aux établissements les plus importants du réseau. Ici l’adhésion peut être assez élevée mais elle correspond à un très bon niveau de services incluant des horaires d’ouverture élargis, des supports variés et des animations.

  • à l’opposé, de petits points lecture font payer une adhésion qui apparaît peu en corrélation avec l’offre de services restreinte. L’adhésion à la bibliothèque se confond alors souvent avec l’adhésion à l’association gestionnaire.

  • des bibliothèques en réseau : un même tarif est pratiqué sur l’ensemble d’un réseau intercommunal. Cela permet une vraie cohérence mais le service n’étant pas toujours le même d’un établissement à un autre (notamment le nombre d’heures d’ouverture) les tarifs peuvent apparaître élevés.

Des politiques tarifaires appliquées :

 
  Adulte Enfant Famille
Prix moyen 8,00 € 4,50 € 12,50 €
Mini 1,00 € 2,00 € 3,00 €
Maxi* 21,00 € 6,30 € 33,00 €

*Le prix maximum correspond à un abonnement multi-supports

De nombreuses bibliothèques payantes offrent une adhésion familiale, ainsi en s’acquittant d’un tarif unique plusieurs membres d’une même famille vont pouvoir bénéficier des services de la bibliothèque.

Des tarifs différents sont également proposés dans 1/3 de ces établissements suivant son lieu de résidence.

Enfin, il faut souligner la quasi absence de tarification à visée sociale (tarif étudiant, chômeur…).

 

Eléments d’analyse

 

La décision de rendre payante ou gratuite l’inscription en bibliothèque doit relever du conseil municipal. L’objectif étant in fine de trouver un équilibre entre un service public de qualité, et une accessibilité au plus grand nombre.

 

Des effets sur la fréquentation ?

 

Dans les bibliothèques payantes, l’analyse de la fréquentation est rendue délicate car plusieurs personnes d’une même famille empruntent sur une carte individuelle unique (l’enquête Credoc de 2005 estimait à 15% le public invisible bénéficiant du prêt par l’intermédiaire d’une carte d’un tiers). On notera toutefois dans notre réseau de très bons chiffres de fréquentations pour les établissements payants offrant une palette de services étendue.

Une approche financière du débat :

 

Il faut mesurer précisément les recettes que représentent les adhésions. Ces recettes doivent être rapportées au budget global de fonctionnement de la bibliothèque (pour cette exercice il faudrait valoriser le travail des bénévoles). Dans d’importantes bibliothèques du type Le Havre ou Rouen, les recettes ont été estimées à 1 à 2% du budget global de fonctionnement. Les bibliothèques qui sont passées d’une adhésion payante à la gratuité, ont observé une forte progression des inscriptions du fait de la fin des emprunts multiples sur une carte unique et de l’augmentation nette des inscrits. On peut donc formuler l’hypothèse qu’en cas de passage à la gratuité, le nombre d’inscrits augmentant fortement alors le coût par usager serait en baisse (on peut parler d’une meilleure rentabilité de l’investissement).

 

Qui paie utilise plus

 

Les études récentes montrent également que lorsque l’inscription à la bibliothèque est payante, les usagers utilisent les services de façon plus intense (nombre de livres empruntés plus important). Cela indique que les usagers peuvent être prêts à payer à condition que le service soit de qualité.

 

Pour conclure

 

Les freins à la lecture sont multiples et la tarification ne peut pas à elle seule expliquer l’absence de certains publics en bibliothèque. Le paiement d’un droit d’inscription ne posera aucun problème à une personne qui a un capital culturel important ou une appétence particulière pour la lecture. Il faut toutefois être conscient que pour le public le plus éloigné de la lecture le paiement d’une inscription aussi modeste soit-il sera un frein supplémentaire.

Article publié le 20 juin 2011 par bdp.calvados.fr

Pour en savoir plus

  • « La gratuité, si loin, si proche », d’Olivier Ploux dans Bibliothèques – Revue de l’Association des bibliothécaires de France n°53/53 – décembre 2010, p. 39
  • « Les bénéfices de la gratuité », Livres Hebdo n°821, 14 mai 2010, p. 66
  • « Bibliothèque : une bonne gestion…par la gratuité ? » de Thierry Giappiconi, dans La lettre du cadre territorial n°332 du 15 février 2007, p. 12
  •  

A retenir

58 % des bibliothèques du réseau de la BDP du Calvados proposent la gratuité d'inscription.